Un rythme prenant, une plume précise, un personnage attachant et une intrigue déroutante. A lire !

Catégories
auto édition Critiques Science Fiction

Outsphere 3 : Religions

Et si, comme ça, avant de vous en parler, je vous donnais la quatrième de couverture du dernier Guy-Roger Duvert ?
Alors voilà, on est fous, et voici le résumé de Outsphere 3, LE livre que j’attendais ! 🙂

Lorsque Bowman s’était couché dans son caisson cryogénique, c’était dans l’espoir d’en être extirpé quelques mois plus tard, une fois un antidote trouvé au poison circulant dans ses veines. Ce n’était pas pour se réveiller en plein milieu d’un désert de sable, entouré de nomades hommes-lézards !

Le Terrien doit une nouvelle fois redécouvrir la planète Eden, qui sert désormais de nouveau berceau aux derniers représentants de l’espèce humaine. Mais pendant son coma artificiel, de nombreux événements ont eu lieu, de multiples repères ont été chamboulés. Dans ce nouveau contexte, retrouver ses compagnons d’infortune Nash Olsen et Vanessa Fulton promet d’être compliqué. Rester vivant encore plus.

Un souci avec le livre !

Alors voilà, tout commence en ce début d’année tourmenté. Quand je dis souci avec le livre, ce que je n’ai pas précisé, c’est que ce dernier était en fait entre le livre et mon cerveau. Je pense que bon nombre d’entre nous maintenant ont connu de près ou de loin les inconvénients de ce covid, qui n’a plus trop de secret, et j’en ai fait les frais aussi. De fait… Bah deux minutes de réflexion sur une page et hop, comme une gosse, je contemplais une pomme 😀

Vous l’aurez compris, lire un livre compliqué n’était pas possible. Je ne vais pas m’étendre, en gros, j’étais larguée une page sur deux 😉

Du coup, au lieu de reprendre ma lecture en milieu de livre, j’ai tout arrêté, et après rémission cérébrale totale, j’ai recommencé l’ouvrage, et vous savez quoi ? Bah quand on comprend le texte, il devient d’un coup beaucoup plus intéressant 😀

Allez, je vous en parle, pour de vrai ! 🙂

Le personnage de Guy-Roger Duvert

Je vous laisse deviner, on retrouve quand même quelques têtes connues, et ce n’est pas fait pour nous déplaire. En revanche, il y en a moins ici. Là où quelques uns d’entre nous s’étaient un peu « perdus » dans leur lecture à cause du nombre de caractères, ici, nous suivons principalement Bowman.

Il faut dire que la fin du deuxième opus nous avait laissés sur notre faim. Dans ce dernier tome, nous trouvons notre militaire, complètement paumé on ne va pas se mentir, dans une époque qu’il ne connaît pas. Ne comprenant pas grand chose de ce qui l’entoure, et pour cause, il va devoir analyser et comprendre la civilisation dans laquelle il baigne désormais. Un sommeil qui n’était prévu que pour quelques mois et qui dure finalement bien plus longtemps, et notre héros se retrouve pris au piège et va devoir tout réapprendre… Appréhender une nouvelle planète (oui parce que bon, bien chamboulée quand même), une nouvelle civilisation, des nouveaux rites, etc. Le tout sans perdre de vue qu’il ne sait pas si oui ou non, il est le seul à ne pas avoir été réveillé en temps et en heure.

Bref, le personnage, bien travaillé et auquel on peut s’identifier facilement, nous amène avec lui à travers sa quête. De rencontres diverses à la recherches des siens, en passant par la volonté de comprendre voire d’aider le monde qui l’entoure, on découvre ici un personnage brut de décoffrage, mais somme toute très sympathique. En bref, on retrouve notre militaire.

Pour les autres

Le protagoniste passé, on retrouve quelques figures emblématiques, mais relayées bien souvent au second plan selon moi. Ceci dit, c’est très agréable, car Guy-Roger Duvert ne s’est pas pour autant laissé prendre au piège. Les personnages arrivent au second plan vis-à-vis de l’intrigue, mais ils ne sont pas laissés de côté pour autant.

Tous ont une tâche bien précise à réaliser, et on les y attend ! Ils remplissent, d’une manière ou d’une autre, leur rôle.

L’intrigue de Guy-Roger Duvert, elle donne quoi ?

Pour ma part, c’est là que le bât blesse. Attention ! Je m’explique.

J’ai été moins transportée dans l’histoire cette fois-ci, mais non pas parce qu’elle est mauvaise, plus parce qu’un peu plus ciblée sur l’action, sur la quête. J’ai trouvé dans les autres opus qu’il y avait une plus grande place à la réflexion, à la contemplation presque. Plus de détails, d’explications sur les êtres et leur façon de faire, sur leur acclimatation… Je trouve le troisième opus de la saga un chouia (mais c’est le chouia qui a fait la différence) plus brouillon de ce côté-là. Sans en être déçue, j’en ai été surprise, et cela a un peu perturbé ma lecture.
Bien évidemment, c’est subjectif, et surtout, ça pourrait être un point positif dans bien d’autres profils de lecteurs 😀

Ce qui en revanche n’a pas changé et que je trouve toujours aussi agréable, c’est…

… La plume de Guy-Roger Duvert

Pas de surprise ici. Il s’agit toujours d’une main de fer dans un gant de velours. Pourquoi ? Parce que l’auteur a le soin du détail et appose les mots avec précisions dans des situations qui le sont moins. Fluide et rythmée, l’écriture est toujours aussi « cinématographique ». Je suis fans de cette manière qu’a l’auteur de nous faire regarder ses romans. Oui oui, je les ai tous lus 😀

Que ce soit dans le tome 1 ou le tome 2 de la saga Outsphere justement, dans son thriller L’adieu à Camille ou encore dans son récit d’aventures fantastico-mystique… J’aime toujours autant cette façon de nous faire voyager ! Je choisis à chaque livre de me laisser guider par la plume et, de fait, découvrir ses idées au fur et à mesure de ma lecture, sans même me laisser le temps de me poser la question d’où il veut m’amener ni même comment. Tout à fait le genre d’écriture qui pourrait au final me raconter une journée de la vie quotidienne sans que je vois venir la chute 😀

En résumé ?

Un livre bien écrit, bien mené, travaillé. Une intrigue soignée qui laisse présumer une suite hors normes ! Oui oui, il y aura bien une suite. Et d’ailleurs, sans vous spoiler, sachez que Guy-Roger Duvert fait preuve d’une grande magnanimité : plein de projets en tête, il nous laisse savoir que son prochain tome n’arrivera pas tout de suite, mais d’ici trois ans. De fait, il nous laisse le choix de lire ou non l’épilogue, avec une note attentionnée pour le lecteur. Au-delà de me faire sourire, je culpabilise ! Pourquoi ? Parce que je n’ai pas suivi le conseil, j’ai lu ce foutu épilogue et… Bah je veux la suite ! 😀

Alors voilà, même si celui-ci m’a moins embarquée, il vaut le détour, c’est juste que ce n’est pas un coup de cœur comme ses grand frères. En revanche, au vu du dernier chapitre, je suis pleine d’espoir pour le quatrième volet que j’attends déjà avec impatience.

Du coup…

Bah je vous le conseille, bien évidemment ! Pourquoi ? Parce que la saga (du moins jusque là) est vraiment très bien, et intéressante à souhait. Je n’aurais peut-être pas le même discours s’il s’agissait d’un livre « one shot », mais là… voilà voilà, foncez, et vous ne serez pas déçu ! 😀

Ce que je vous propose en attendant d’avoir vos retours sur les ouvrages, c’est de jeter un œil au bébé de quelque 355 pages… de quoi vous faire passer des soirées bien sympathiques ! 🙂

Bonnes lectures à tous ! 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :