Caroline Canac nous livre ici un journal de bord sur le déroulement long et passionnant de l’adoption d’un chien. Un parcours du combattant, une ode à l’amour !

Catégories
auto édition contemporain Critiques

Journal d’une adoption au poil… ou presque

Un livre surprenant au ton humoristique prenant. Une histoire touchante. Bref, une pincée d’humour, une bonne grosse poignée d’amour, le tout saupoudré de quelques disputes… La recette idéale de Caroline Canac pour faire un livre percutant sans être moralisateur, bien au contraire !

Le résumé

Jeune quadra surmenée un brin idéaliste, Alice pensait qu’il ne lui manquait plus qu’un chien pour incarner une famille au complet. C’était sans imaginer qu’Asko, la boule de poils traumatisée par son passé, allait enchaîner les fi-askos! D’une rencontre coup de foudre au refuge canin aux journées cauchemardesques à la maison, cette histoire vraie décrit avec humour un chemin initiatique sans fard ni tabou, désopilant et émouvant, où chacun prend le temps de s’apprivoiser et s’adapter.

Et quelques mots supplémentaires sur Caroline Canac

Praticienne en hypnose et passionnée par la psychologie, Caroline Canac déteste les clichés, les maisons témoins et les langues de bois. Un brin philosophe, elle s’adresse à tous les amoureux inconditionnels des animaux et questionne avec éthique le rapport entre l’homme et l’animal dans son premier roman humoristique Journal d’une adoption au poil… ou presque! Voilà une description raccourcie de qui est l’autrice, mais n’hésitez pas à vous rendre ICI pour en savoir un peu plus !

Sinon, l’ouvrage de Caroline Canac, de quoi qu’il parle ?

Honnêtement, si je n’avais pas déjà trois chats à la maison… Ce livre, via des phrases percutantes et une mise en situation plus que réelle, nous plonge dans l’univers de l’adoption. Oui oui, l’adoption. On ne parlera pas ici d’aller acheter un animal dans une boutique quelconque, ni de trouver un chiot dans un élevage, mais bel et bien un geste sincère et « mûrement » réfléchi d’aller dans un refuge.

Vous allez me dire « qu’est-ce qu’elle a de passionnant, cette histoire » ? En fait, elle sonne juste, elle sonne vrai, et ça fait du bien. L’espace d’une lecture, je me suis sentie accompagnée alors que, plus jeune, j’avais adopté un chien envers et contre tous. Un chien qui avait été battu, dont personne ne voulait, et qui avait un penchant pour les morsures intempestives. Vous n’imaginez pas comme je me suis reflétée à travers ses lignes, à travers ses mots qui résonnent. Bref, je me suis plongée dans un passé qui reste tellement présent…

Vous l’aurez compris, la protection animale, c’est mon dada, et aller chercher une bête dans un refuge afin de lui donner de l’amour pour le recevoir au centuple, ce n’est que du bonheur !

Que du bonheur, oui, MAIS !

Mais voilà, c’est aussi un parcours du combattant, qu’on ne prévoit pas forcément. Un parcours long, parfois pénible malgré tous ses bons côtés. Un parcours bercé de plaisirs, mais aussi de doutes, de questionnements divers, et parfois de conflits. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? OUI ! Et c’est en ce sens que j’ai littéralement adoré ce livre. Caroline Canac retranscrit tout ça. Partant de l’impatience à la patience, en passant par la mise en place de règles, par les enfants qui sont super motivés, mais qui le sont moins quand il s’agit de s’occuper de l’animal. Bref, tout y passe, mais avec une prise de recul et une bienveillance qui font chaud au cœur.

Ce n’est pas bien compliqué, tout le long du livre, nous suivons Alice. Cette femme à qui rien ne semblait manquer : deux enfants, un mari, une maison, des chats… se met en tête, et ce pour plusieurs raisons, d’adopter un chien. Mais voilà, les a-prioris, les quiproquos, les attentes des Hommes… Caroline Canac nous montre à quel point ce que l’on croit savoir est erroné. Tout fait sens dans l’écrit. De la relation entre les membres d’un foyer, quand un tel bouleversement arrive, à nos envies qui changent alors que nos croyances s’effondrent. Ce qui peut paraître simple et naturel est au final une irruption ininterrompue de petits changements, pas tous très pratiques.

De fait, l’écriture, parce que c’est important aussi

Là aussi, ça fait mouche ! Le fond est touchant et résonne, mais la forme est juste très bien pensée ! Pourquoi ? Parce que quoi de plus personnel qu’un journal ? Quoi de plus touchant que les confessions parfois drôles et d’autres fois émouvantes d’une femme qui se laisse dépasser par quelque chose qu’elle avait sous-estimé ? Il est tellement difficile de ne pas s’identifier…

En plus de cela, elle est aussi est cocasse. Il faut dire que l’autrice a pensé à tout : nous faire un étalage des pensées de sa narratrice, mais aussi une personnification très intéressante. Elle a su mettre des mots là où on ne les attendait pas, et ça, c’est top !

Si vous avez des bêtes, vous avez certainement pris le temps de vous imaginer ce qu’elles penseraient ou ce qu’elles vous répondraient, ou encore leurs visions des choses… Bah tout ça, vous l’avez dans l’ouvrage. Sans tomber dans la parodie, Caroline Canac réussit la passation de narration humaine / animale avec brio.

En résumé ?

Pour ceux qui n’ont pas compris, j’ai adoré, vraiment. Un mélange d’éthique, de confession, de questionnements… Entre philosophie et théâtre de boulevard, on a ici un travail d’introspection vraiment sympa qui relate toutes les étapes à franchir lors d’une adoption un peu particulière, au poil !

Vacillant toujours entre humour et angoisse contenue, l’autrice nous met entre les mains un vrai petit bijou. Drôle et émouvant, un moment de lecture dans lequel on peut s’abandonner sans aucune contrainte !

J’ai beaucoup apprécié l’univers, le fond et la forme décalée. Moi qui ne suis pas habituée à ce type de lecture, je reprendrais un petit coaching avec grand plaisir : une bouffée d’air ! En revanche, comme je le disais, si je n’avais pas déjà trois chats à la maison… quoique… attendez… peut-être bien que j’aurai un chien !

Un grand merci à Caroline Canac de m’avoir permis de découvrir son univers. Si la cause animale vous touche, si vous avez des envies d’adoption, pensez à ce journal d’une adoption au poil… ou presque. S’il n’est pas un guide vétérinaire, il vous plongera dans le bain de ce sur quoi vous pourriez tomber : un nid douillet de tendresse sur une route cahoteuse !

En plus, et oui, ce n’est pas négligeable, l’achat du livre fait gagner des sous aux refuges… Que demander de plus ? Bref, je ne vous en dis pas plus et vous laisse feuilleter ce petit bijou amusant et débordant de sincérité !

2 réponses sur « Journal d’une adoption au poil… ou presque »

Merci Véronique, je n’ai pas de mots pour vous dire à quel point en lisant votre commentaire je comprends que vous avez saisi 1000% toutes mes intentions d’écriture, le fond, la forme. Je suis profondément touchée par votre analyse juste, sincère et percutante. Je vais vous embaucher comme attachée de presse 🙂 Au plaisir

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :