Catégories
Critiques thriller

Spécial K

Un résumé court mais qui en dit long… tout est là :
Au début, c’est juste un suicide.
A la fin, c’est un désastre.
Entre les deux, une flic tenace et habitée, qui ne veut rien laisser passer.

Alors voilà, au début de l’écrit, j’ai cru que j’allais détester : des mots crus, une situation détestable, une ambiance glauque et… Tout plein de choses qui en temps normal ne me dérange pas, mais l’auteure a réussi à rendre ces termes déroutants, me mettant mal à l’aise à chaque phrase un peu plus. Si comme moi, vous trouvez un peu de sensiblerie vous hanter quand vous lisez les premières lignes, persévérez, ces pages sont vraiment très très très sympas ! 🙂

En effet, nous suivons les péripéties d’un entourage particulier, celui d’une femme s’étant donné la mort, du moins, à ce que l’on peut en croire au vu des circonstances. Un gros obstacle vient s’immiscer là dedans, comme un grain de sable dans les rouages : cette femme était croyante et une belle âme, et il n’est qu’une certitude pour son entourage, jamais ô grand jamais elle ne se serait suicidée. On entre donc dans la course de Céleste, une flic au passé trouble, une femme à laquelle on s’attache, car elle a son passif et on avance derrière elle, suivant de façon presque malsaine ses impressions.

La plume de l’auteure est fluide, vraiment. Les premières pages sont dures, et la suite coule de source. Une fois entrée dans le bain, je m’y suis retrouvée. J’y ai lu des mots plus subtilement placés, de façon mois abrupte, et la situation plus claire. La lecture se fait alors d’une traite. Alors qu’on suit les différents personnages principaux représentant l’entourage proche de Anne (la femme décédée), nous perçons au fur et à mesure le lourd secret de cette dame, cette reine, comme ils disent. Il se trouve que la femme parfaite au passé trouble et aux volontés particulières nous transporte vers un univers sombre, glauque, malgré et à travers même la mort. Nous allons découvrir que certains sont prêts à tout, oui, à tout, pour venger des desseins malsains, monstrueusement violents tant physiquement que moralement. C’est là qu’on se demande si oui ou non, une conscience est rachetable, à travers les croyances qui nous sont dictées parfois malgré nous. Cette dernière phrase n’est pas très claire, posée là comme ça ? Mais lisez le livre et vous verrez… certaines raisons peuvent nous mener à la foi, mais sont-elles toutes louables ?

Bref, vous l’aurez compris, ce livre, il est chouette, il vaut le coup. Une histoire bien ficelée, des personnages attachants (attachiants pour certains 😉 ), il mérite qu’on s’y attarde et qu’on y jette un œil. Certains points de chute étaient prévisibles voire attendus, quant à d’autres… C’est jusqu’au bout que Céline de Roany aura su me surprendre et ça, j’aime bien !

Si vous vous attendez à un bol de céréales, n’y allez pas, ce n’est pas ça… Mais c’est bon pour la santé ! 🙂

Un grand merci à l’auteure de m’avoir laissée découvrir son univers, qui jusqu’à maintenant, me semble bien particulier ! En espérant avoir l’occasion de la relire…
Bonnes lectures 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :