Catégories
Critiques thriller

Ecce homo

Matière noire fait peau neuve et présente ici sa nouvelle vie. Décalée et décapante, vous trouverez dans ses pages une histoire originale et plutôt bien pensée.

Vous en voilà les grandes lignes :
L’existence de Greg, écrivain en quête de certitude dans notre société en crise, s’effondre lorsque se manifestent les symptômes redoutables de son agoraphobie. Au fond du gouffre, il saisit la main de Micke, charismatique libre-penseur qui attire à lui les êtres les plus singuliers comme autant de planètes dans un trou noir. Mais qu’espère Greg en gravitant autour de cette étoile aussi fascinante que dangereuse ? La guérison ou l’illumination ? Bien souvent, on ne cherche sa liberté que pour mieux choisir sa soumission.

Dès les premières pages, on plonge dans un ambiance particulière dans laquelle on retrouve deux hommes, plus ou moins dans un état de panique, encerclés par des hommes armés jusqu’aux dents. Pris au piège ? On ne le saura qu’en lisant le reste du contenu 😉

Alors voilà, ça commence fort, le temps de quelques pages, puis on est balancés dans la vie de Grégory. Grégory, c’est un homme particulier, souffrant d’agoraphobie, la vraie, celle qui vous désarme dès que vous rencontrez quelqu’un, celle qui vous fait vaciller dès qu’une route croise la vôtre. Alors, imaginez. Vous êtes seul, vous sentez seul, enchaînez les crises de panique dues à cette peur viscérale, et prenez peur ne serait-ce que de la ressentir. Du coup, Grégory, c’est un homme un peu à part qui retrouve l’espoir malgré lui en se retrouvant en face d’un homme qui a l’air bien décidé à le guérir. Cet homme, c’est Mickael, un « maître à penser » qui oscille entre concept philosophique et coach de vie. Alors que Mickael surprend son voisin visant une tentative de suicide, ce dernier l’entraîne dans un séminaire et la rencontre entre Grégory et Mickael se fait. Une rencontre qui va bouleverser sa vie et ses idéaux. Ses principes vont être retournés, tant et si bien qu’il va se laisser convaincre par cette pensée qui semble pouvoir l’aider à avancer, à voir les choses différemment.

C’est donc au travers de plusieurs témoignages qu’on va découvrir Mickael et sa vraie nature. En tant qu’homme, est-il bon, mauvais ? Est-ce qu’un concept merveilleux en apparence peut-il justifier des actes somme toute impensables ? Il faut dire que nous aurons plusieurs versions, plusieurs visions, plusieurs personnes qui auront côtoyé ce dernier. Une description du « bon » comme du « mauvais », les deux faces de la personne.

Cette intrigue, elle est donc prenante. Le protagoniste étant narrateur, on entre avec lui dans l’ensemble de ses mésaventures, et on n’a aucun mal à s’établir à ses cotés, que ce soit dans les doutes ou dans les affirmations. Tantôt détestable, tantôt attachant, ce dernier est fouillé et vraisemblablement humain, avec ses qualités, ses défauts, ses envies d’ailleurs, et ses envies tout court.
Grégory nous entraîne, à travers ses différentes pensées et états d’âme qui nous font basculer tantôt d’un coté, tantôt de l’autre. Les pages nous laissent entrevoir une personne au bon fond en Mickael, mais qui s’y prend mal, tout comme on peut découvrir une sorte de monstre atroce se fichant de ses congénères. Là aussi, le personnage nous plonge dans l’indécision : on ne sait pas s’il veut le bien, avec une fin qui justifie les moyens, ou s’il veut tout simplement profiter d’un mode de vie où il n’aurait pas grand chose à faire pour tirer profit des autres. Toujours en balance entre un concept innovant et une haine farouche envers celui qui le propose. Un maître à penser qui n’est pas tout blanc, mais dont on ne connaît pas vraiment l’intention derrière le dessein. Du coup, le personnage de Mickael est vraiment, mais vraiment déroutant, et pour notre plus grand plaisir.

Nous avons donc ici, une histoire bien ficelée, originale, pas si loin d’une réalité dont on essaie de rester éloignés, celle qu’on ne connaît que par « on dit », et dont on n’est surs de rien… Celle qui fait peur, au moins autant qu’elle peut attirer.

Sous une écriture à la forme originale, on aura ici un style soigné. Des mots recherchés, assez pour faire mouche 😉 Une amplitude de vocabulaire et de constructions de narration, un texte un peu « poétique ». Des phrases complexes décorant un sujet qui ne l’est pas beaucoup moins.

Vraiment, on n’est pas au coup de cœur, mais on a là une vraie pépite. Un auteur à suivre, à découvrir, qui a un talent non négligeable et qui ne demande qu’à être connu.
En remerciant Carl Grès de m’avoir fait découvrir son univers, se balançant sur cette société en déclin ouverte à tout concept pouvant lui susurrer un peu d’espoir… L’idée est bonne et la forme est belle ! Bref, foncez 😉

Bonne lecture à tous ! 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :