Catégories
Critiques thriller

Claustrations

Que dire de ce livre tellement il est particulier et prenant ?
Dans un premier temps, vous voilà un résumé :
Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras…
Clara, que son amie Françoise recherche depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d’une cellule obscure et infestée d’insectes ; M. Concerto tente de découvrir les raisons qui l’ont conduit dans une chambre d’isolement, tandis que Charles se cloître de son plein gré.
Chacun d’entre eux se retrouvera face à son destin. Mais, dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu’ils croyaient…

Rien que la couverture est excellemment bien trouvée, elle nous laisse entendre le capitonnage de la vie quand on n’en reconnaît plus son sens.
Bref, vous l’aurez compris, ici, on est dans l’antre de « la folie » via l’isolement, la solitude, la remise en question tellement constante qu’on finit par la détester voire la refuser. Le pire de ce que peut nous emmener la solitude, la vraie. Le tout ici est de savoir s’il vaut mieux vivre prisonnier ou mourir libre… La liberté, oui, mais à quel prix ?

Alors voilà, il y a eu des passages où je me lassais un peu, ceux que j’ai trouvés un peu longs ou répétitifs, mais que je n’ai pas laissés de côté pour autant. Pourquoi ? Parce que quand on voit le point d’honneur que l’auteur a mis dans la construction de son écrit, le soin qu’il a immiscé dans son style et son écriture, on finit par se douter que ces longueurs ne sont pas là pour rien. Et en effet, elles ne font que resserrer l’étau. Petit à petit, on s’enferme avec les personnages, on perd un peu la boule à se sentir piéger au sein d’une situation qu’on ne comprend pas, bref, c’est du talent. Transformer un point qu’on pourrait penser négatif en point positif, well done ! 🙂

Je dois avouer que j’étais très ennuyée au cours de la lecture : je comprenais le monde de Charles alors que je me croyais enfoncée dans une dystopie, mais ne voyais pas de sens au reste de l’intrigue concentrée sur les autres personnages. Tout se met en place avec lenteur mais surtout avec beaucoup d’intelligence : on a le temps de se prendre la tête, de voir notre compréhension se brouiller, tout en se rendant compte qu’au final, on s’est complètement planté sur le qui fait quoi et pourquoi.

Du coup, que penser ? Ce livre qui n’est petit que par sa taille renferme une singularité qui n’est pas des moindres, vous retourner le cerveau tout en vous faisant vous poser des questions sur ce que vous auriez fait ou tenté au sein des différents univers dans lesquels sont plongés les personnages. La plume de l’auteur est réfléchie est bien menée, ce qui rend les scènes cinématographiques : on s’y voit, on s’y ressent, on n’est pas si loin du « malaise », de l’oppression.
D’une imagination au rendu explosif, nous nous emballons à travers les pages sans pour autant deviner réellement où l’histoire va nous emmener. Ce n’est que dans les dernières pages que tout prend son sens et que le glas tombe en clôturant cette intrigue bien ficelée. Secouée par le rythme haletant et la chute du récit, je referme cet ouvrage enchantée. On ne parlera pas de coup de cœur, mais j’avoue avoir passé un excellent moment de lecture.

Je conseillerai à tous les fans de l’immersion psychologique de suivre nos trois compères afin de dérouler le fil d’Ariane qui vous guidera au long de l’ouvrage. Bien bonne lecture à tous ! 🙂

2 réponses sur « Claustrations »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :