Catégories
Critiques thriller

La corde de mi

Pour commencer, je vous laisse le résumé de cet opus très particulier :

Hécatombe dans le milieu de la musique rock…
Octobre 2011, le chanteur d’un groupe de rock encastre sa moto sous un camion à la veille d’un concert très important.
Janvier 2012, le bassiste de cette formation est évincé par le reste du groupe.
Février 2012, un groupe de black metal est littéralement massacré à la machette au nord de Paris.
Fin 2015, dans un studio de la banlieue ouest, des musiciens reçoivent un personnage étrange et dérangeant lors d’une séance d’audition. Le bassiste du groupe ne croit pas à une visite anodine, il sent que cet inconnu porte en lui un présage funeste, que quelque chose d’irrémédiable est en train de se mettre en place.
Il décide alors de mener sa propre enquête, en solitaire, et ce qu’il va découvrir se révélera absolument terrifiant.

Alors que dire ? Je vous ai parlé il y a à peine quelques jours de cela, de ma première lecture de cet auteur (qui au final, était son dernier écrit 😉 ). Cette dernière m’avait un peu laissée coi, un livre somme toute sympa et bien écrit mais dont le coté « déjà lu » m’avait embêtée. Du coup, avec la bonne surprise de l’auteur, je trouve La corde de mi dans ma boîte aux lettres. Je m’étais promis de lire ce bouquin et, de ce fait, en ouvris quelques pages pour « voir ce que ça donnait ». Bref, je l’ai bouffé, dévoré, complètement happée par cette histoire et par son contexte. Moi qui disais que je voulais voir la plume sur une autre intrigue, c’est chose faite, et j’en suis plus que ravie, vraiment !

Pourquoi ? Parce que, comme remarqué plus tôt, l’auteur a cette facilité à nous embarquer avec lui dans son univers. Avec une plume fluide, abordable, un vocabulaire précis et percutant, il nous entraîne littéralement dans la spirale à couper le souffle qu’est ce thriller. Déjà, le contexte est super intéressant : aller cibler un groupes de « zicos » pour en faire des proies, c’est plutôt peu banal. Des thrillers briqués dans ce milieu sont plutôt rares (à ma connaissance en tous cas). On sent que l’auteur sait de quoi il parle, c’est plaisant et renforce un peu plus la crédibilité de son histoire.

L’ambiance est posée assez rapidement. La tension, quant à elle, n’est pas là dès le début (à défaut du sang), elle ne fait que monter crescendo, c’en est presque dérangeant, mais ça nous fait tourner les pages encore plus vite…
C’est la première fois que je lis un livre qui traite avec autant de subtilité l’horreur, la boucherie, la vraie. De telle sorte qu’on s’y croirait, je voyais les gens se faire déglinguer les uns après les autres, et pourtant, pas une seule fois m’est venu l’idée de passer la partie plus vite ou de détourner les yeux… Allez vous-en comprendre. Il y a un petit quelques choses dans la description des scènes qui fait qu’on est toujours ballottés entre dégoût et curiosité (malsaine peut-être un peu 😉 ). Bref, point fort, encore.
Attention cependant, je parle de scènes fortes, de sang… mais n’allez pas croire, ce n’est pas tout le long du livre, hein ? Non, là encore, il y a un intelligence mise à la merci de « l’épouvante ». Certes, il y a quelques passages bien saignants, mais une narration générale plus calme, plus soutenue, qui nous laisse le temps de respirer, voire d’oublier l’affront fait à nos petits neurones.

Je ne peux pas m’engager réellement sur le sujet avec deux ouvrages, mais j’ai la réelle sensation de trouver une « patte » de l’auteur dans l’évolution de son intrigue. Là encore, il n’y a pas de place au doute. On sait ce qu’il va se passer, on sait qui est le méchant… Vraiment, à moins d’en être à sa première lecture de livre de ce genre, on est au courant de tout dans les premiers chapitres, car la trame principale est donnée ne serait-ce que dans la quatrième de couverture. (à part quelques données bien évidemment qui viennent s’infiltrer au long du roman…)
Du coup, que faut-il en tirer ? J’avoue trouver ça aussi intriguant que fascinant : le monsieur, il nous balade pendant 400 pages sur une histoire dont on tient 90% du cheminement et dont le dénouement de l’axe principal me semble prévisible. En gros, on se fait mener tout du long par les 10 derniers pourcents, et surtout, par cette ambiance glauque et frissonnante qui s’imprègne dans les lignes.
De même, je vous laisse deviner qu’on est en majeure partie dans un huis-clos. Quasi la totalité de l’histoire va se passer dans ce fameux studio et alentours. Le fait qu’on ne s’y ennuie pas une seconde démontre à quel point la tension et les descriptions sont bien présentes. Je me suis vraiment vue dans ce studio avec nos quatre compères.

Les personnages de même. Sortis de ce monde de groupe musical (dont j’avoue ne pas connaître grand chose), les personnages sont assez « banals », c’est Mr et Mme tout le monde que nous avons en face. Nous n’avons donc aucun souci d’identification et « l’attachement » se fait quasi en instantané. On peut les voir travaillés tant au niveau psychologique que « social ». On sait d’eux leur boulot, leur statut, leurs attentes… sans pourtant avoir un réel portrait dressé : ils sont avant tout musiciens. Ce qu’on pourrait croire au premier abord une chose traitée « par dessus la jambe » est au final une subtilité fort sympathique : on connaît quelques traits principaux des uns et des autres, mais surtout ceux qui nous permettent de déchiffrer leurs interactions. Il n’y a pas de fioritures, on n’a pas de descriptions qui ne servent pas directement l’intrigue.

Un point noir ? Oui parce que bon, c’est un vrai coup de cœur, mais il en faut un, parce qu’il y en a toujours un (et parce que je suis une chieuse !)
J’avoue que la tension ressentie par Eric arrive un peu vite. Je comprends le sentiment de malaise que les uns et les autres ont pu ressentir, et j’avoue ne pas souvent avoir croisé de psychopathes, mais je ne me vois pas, après avoir croisé quelqu’un de bizarre dans la rue, lancer une enquête à son sujet… Peut-être qu’une ou deux interactions antérieures auraient été appréciées.

Mais bon, va-t-on vraiment pinailler ? Il s’agit là d’un premier roman dont je remercie encore une fois l’auteur 🙂
Un roman fort bien travaillé, une intrigue bien pensée et un dénouement vraiment bien amené. Bref, un vrai petit bijou que je conseille ! 🙂

Bonnes lectures à tous ! 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :