Catégories
Critiques thriller

La haine dans les veines

Littéralement dévoré en quelques heures, voilà le deuxième opus d’une trilogie de Laetitia Argoud, La haine dans les veines. Je vous laisse là le résumé :
Suzie et Mike Collins ont tout pour être heureux et pourtant… Alors que le couple séjourne dans un club de vacances, Suzie s’éclipse et prend le large. Pourquoi l’a-t-elle lâchement abandonné ?
Quelques mois plus tard, lors de la remise en route du complexe hôtelier, Gabriella Sanchez retrouve une lettre dans le bungalow des Collins. Que contient-elle et qui en est l’auteur ?
Sensible à ce message, Gabriella suit alors son instinct et fait appel à une agence de détectives privés. Ensemble, ils vont tenter de découvrir ce qui est réellement arrivé ce jour-là. Mais il est déjà trop tard et pour chacun d’eux, la vie est en train de basculer… Et si le départ de Suzie Collins cachait en réalité un secret inavouable ?
Entre manipulations et sacrifices, qui payera le prix de la vérité ?

Tout d’abord, le livre en lui-même, la couverture est vraiment sympa et accrocheuse, nous en comprenant vraiment le sens vers la moitié de l’ouvrage.
Même s’il s’agit là d’un deuxième opus (dont je n’ai pas lu le premier), je vous laisse deviner qu’ils peuvent se lire indépendamment, et ça, c’est top ! 🙂

Dans celui-ci, Laetitia nous entraîne dans une course contre la mort aux côtés de Gabriella. On suit cette protagoniste qui, après s’être inquiétée pour l’une de ses cliente, s’inquiète alors pour son meilleur ami. Tenue sous tensions tout le roman, cette jeune femme n’est épargnée par aucune tragédie. En tant que véritable inspectrice improvisée, elle va chercher coûte que coûte à comprendre ce qui est arrivé à Suzie Collins.
Du coup, l’histoire propose un fil haletant dans lequel on est maintenu dans le questionnement pour savoir qui a fait quoi et qui sont réellement les victimes. On se prend très facilement au jeu, guidés par la plume de l’autrice. Des phrases courtes, un vocabulaire simple et percutant, tout autant de choses qui rendent la lecture addictive, les pages se tournent au fur et à mesure que l’intrigue se dessine.

Il faut dire que les ingrédients y sont : disparitions, enquête… Nous avons là la panoplie de la bonne recette à laquelle on peut ajouter une pincée de suspense et une bonne grosse poignée de retournements de situation 😉
Moi qui n’aurais jamais cru être capable de le dire un jour, j’ai apprécié le traitement où les personnages ne sont pas vraiment creusés et sont en partie laissés de coté pour l’enquête en elle-même. Moi qui aime quand la psychologie est traitée en profondeur même si ce doit être au détriment de l’intrigue, voilà qui m’a agréablement surprise 😉
Ceci dit, je vous laisse deviner qu’ils ne sont pas pour autant laissés pour compte, mais je ne me suis réellement attachée à aucun d’entre eux : si Gabriella, la protagoniste qui est la plus « découverte » a un côté aventurier et courageux qui me rendent empathique, elle a aussi une facilité à faire des raccourcis et une inquiétude sous-jacente perpétuelle qui ont tendance à m’agacer chez les gens, dans la « vraie vie ».

Alors voilà, s’il y a un seul point noir dans l’ouvrage, pour ma part, il est cette facilité aux raccourcis. Ces derniers ne durent pas et sont justifiés par le caractère de Gabriella, mais ils m’ont laissée de marbre. Vous savez, ces personnes qui s’inquiètent de votre disparition parce que vous êtes allé prendre un verre avec des amis sans prévenir ? Voilà 😉 Du coup, bien évidemment, il en fallait certainement pour l’entrée en matière de l’intrigue, mais ma première réaction a quand même été « bah merde, elle va se détendre, elle ? » 😉

Sortie de ce souci là qui est bien entendu très subjectif, il y a peut-être quelques maladresses, mais je n’ai rien à redire sur l’intrigue en soi : bien ficelée, l’autrice nous amène à travers ses pages sur une pente glissante, sur une série d’événements tous plus fous les uns que les autres, une véritable spirale où les personnages semblent se faire prendre sans rien pouvoir y faire. Les engrenages sont bien huilés, les situations qui pourraient sembler rocambolesques ont toutes une explication avant de nous propulser vers le bouquet final : une sombre histoire de revanche sur les gens, sur les choses, sur le temps… Bref, une intrigue très bien pensée et surtout bien menée ! 😉

En résumé, un petit livre (240 pages) plein de rebondissements, une histoire crédible et un final bien pensé. Du coup, que demander de plus pour passer un bon moment de lecture en ces temps un peu frais ? Armez-vous d’un bon café (ou thé, je ne suis pas raciste) et hop, c’est parti ! 🙂
Laissez-vous plonger dans l’histoire de Gabriella, et apprêtez-vous à suivre son aventure pleine de suspense.

Je remercie grandement Laetitia Argoud pour sa patience et sa confiance. Je vais certainement ajouter le premier volet à ma PAL incessamment, la curiosité étant de mise !
En attendant le troisième et final de cette trilogie, je vous souhaite de bonnes lectures ! 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :